Équipe de Nationale 1 & École de Cyclisme excellence labellisée FFC

Mois : novembre 2015 Page 1 of 2

Julien THOLLET, il est aussi licencié a l’ECSEL.

aJulien inaugure notre nouvelle série « Ils sont aussi a l’ECSEL »

Quelle place a joué l’ECSEL dans ton parcours?

Après avoir débuté le cyclisme de compétition à la Roue d’Or de Saint-Etienne en minimes et cadet, je suis arrivée à l’ECSEL (à l’époque Espoir Cycliste Saint-Etienne Valbenoite) dès ma première année juniors. Ce club a énormément compté dans mon parcours surtout grâce aux rencontres que j’ai pu y faire, tout d’abord mes entraîneurs, Pierre Rivory, puis Christian Guillot, et Patrick Billet, mais aussi les dirigeants, Jean-Pierre Arbey, Gilles Mas, Philippe Colliou, toutes ces personnes m’ont accompagné dans mon projet et m’ont toujours poussé à aller de l’avant. Les coureurs également que j’ai cotoyé tout au long de ma carrière. Le club a surtout compté parce que les valeurs véhiculés par le club ont toujours été les miennes, j’ai grandi au même rythme que grandissait le club, les premiers résultats en juniors puis l’accession en DN3 lorsque j’avais 20 ans, l’accès à la DN2 puis la DN1, tout s’est fait naturellement.

Tu as choisi la carrière d’éducateur à celle de coureur, quel est ton regard maintenant que tu as du recule ?

Le moment venu la décision a été difficile à prendre, en effet à 24 ans j’étais en pleine force de l’âge, je savais que j’allais obtenir mes meilleurs résultats en vélo, mais la précarité du statut de coureur amateur et la difficulté de trouver un contrat professionnel ont été déterminant dans ma prise de décision. Le métier de professeur de sport (Conseiller Technique Régional) me tendait les bras et j’ai foncé. Je ne regrette pas ce choix qui aujourd’hui m’apporte énormément de satisfactions.

Pourrais-tu nous retracer l’ensemble des structures par lesquelles tu es passé en tant que dirigeant?

Ma première année de professeur de sport stagiaire je l’ai passé en Bourgogne auprès de mon tuteur de stage Bruno Lecki, c’était en 2000, en septembre 2001 je suis parti rejoindre le comité de Bretagne, là j’ai acquis une énorme expérience, l’engouement autour du vélo là-bas impose beaucoup de rigueur dans le travail, j’ai appris notamment à faire passer l’intérêt général avant l’intérêt particulier. Après 4 ans passé en Bretagne, j’ai eu l’opportunité de revenir en Rhône-Alpes, j’ai eu la chance finalement d’avoir travaillé à chaque fois dans le plus grand comité, en effet je suis arrivé quelques mois après la fusion des ex-comités Lyonnais-Dauphiné qui devenait du coup le plus grand comité. Durant 8 ans j’ai aussi beaucoup progressé dans mes fonctions, j’ai pu notamment développer des compétences de management, dû au volume d’activité important dans l’ensemble des disciplines cyclistes, j’ai pu côtoyer également de très bon dirigeants et notamment Michel Callot qui a toujours une analyse très juste des situations. Ensuite en mars 2014 j’ai été appelé par le DTN pour occuper le poste d’Entraîneur National Juniors Route et Cyclo-cross.

Tu es actuellement à la tête de l’équipe de France junior, mais tu es aussi passé par la case comité Rhône Alpes, quel regard portes tu sur la formation dans l’hexagone?

La formation des cyclistes en France est bien structurée, nous avons de bons éducateurs dans les clubs, même si évidemment nous devons insister sur la formation continue des éducateurs qui ne doivent pas s’endormir sur leur acquis mais sans cesse se remettre en cause. Après la formation initiale au sein des clubs, les comités départementaux prennent le relais notamment pour les cadets et ensuite les comités régionaux pour la catégorie juniors, puis évidemment l’Equipe de France pour la découverte du niveau international. Nous avons également des organisations de qualité avec notamment les Challenges Nationaux (qui deviennent Coupe de France en 2016) avec une confrontation nationale. Ce circuit de compétition nous est envié par les étrangers qui régulièrement font la demande pour venir y participer. Après la catégorie junior, ce sont les clubs de Division Nationales qui prennent le relais et qui réalisent un excellent travail de perfectionnement afin de permettre aux coureurs d’accéder au professionnalisme. Seul bémol dans ce schéma est le manque d’interaction entre le monde professionnel et toutes les structures de formation, nous avons un chantier devant nous il nous faut créer de véritables passerelles.

Quel est à l’heure actuel ton meilleur souvenir en tant que sélectionneur?

Il est très récent, et c’est la médaille d’argent de Clément Betouigt Suire au Championnat du Monde à Richmond. Cette médaille avait une saveur particulière puisque nous étions tous heureux de l’obtenir mais aussi frustré de passer aussi près de la victoire.

Quel est ton actualité dans les prochaines semaines ?

Dans mon activité professionnelle, j’ai une double activité puisque je suis aussi Entraîneur National de l’Equipe de France de Cyclo-cross, cette mission est importante, même si cette discipline n’est pas olympique il y a beaucoup d’engouement. Je vais donc me rendre sur les Coupes du Monde à Coxyde, Zolder en Belgique, puis le mois de janvier sera chargé avec l’enchainement de stages et de Coupes du Monde en France à Lignière et à Hooghereide au Pays Bas pour terminer par le Championnat du Monde fin janvier à Zolder. Viendra ensuite de nouveau la route avec les juniors.

Le prochain Français  vainqueur du tour de France vas forcement passer entre tes mains en Junior, tu l’as déjà rencontré car nous nous sommes impatient !!!!

Oui évidemment je l’ai rencontré !!! Je ne vous donnerais pas son nom. Plus sérieusement je crois que tous les français l’attendent avec impatience, et c’est certainement pour cette raison entre autre qu’il ne sort pas. Je ne suis pas devin, et je m’interroge toujours sur nos capacités de prédiction des performances futures, j’espère que jamais dans le sport nous n’arriverons à prédire les performances à partir de l’analyse notamment génétique, puisqu’à partir de ce moment-là le métier d’entraîneur et l’incertitude du sport auront disparu. Pour revenir à la question, il y a effectivement dans nos jeunes pousses françaises des coureurs pétris de talents, laissons leur juste le temps d’arriver à maturité

0Z4A7726

Cyclo Cross: Clément confirme en Coupe du Monde et nos jeunes en régional.

Clément Russo 4e à Coxyde

Le gratin du cyclo-cross international avait rendez-vous ce dimanche en Belgique pour la manche particulière de coupe du monde de Coxyde disputée en grande partie dans le sable. Si on y ajoute la boue, le froid et un peu de pluie, on peut dire que Clément Russo, qui appréhendait cette manche, a particulièrement bien réussi cet examen avec une 4e place au final ce qui lui permet d’occuper la deuxième place du classement général de la coupe du monde espoirs.

Comme on pouvait s’y attendre, les belges sont restés maîtres à domicile avec un triplé, Eli Iserbyt 1er, Daan Hoeyberghs 2e et Daan Soete 3e, et ont réussi à placer 8 coureurs dans les 12 premiers. Dans ces conditions, la 4e place de Clément, donc premier non belge, revêt un peu de l’exploit. Clément analyse : «  Je suis bien parti, mais rapidement j’ai été dépassé par plusieurs coureurs. A trois tours de la fin, je parviens à remonter en 5e position avant d’être victime d’un ennui mécanique et de replonger à la 10e place. Par rapport aux autres, j’arrivais mieux à me mettre dedans. Les 57 minutes de course ne m’ont pas dérangé et j’ai beaucoup mieux terminé que mes adversaires. D’ailleurs je réalise le meilleur temps du dernier tour. A l’entame de ce dernier tour je suis encore 6e et j’ai assez de force pour aller chercher cette 4e place»

Classement Coxyde:
1 Eli Iserbyt en 57 minutes
2 Daan Hoeyberghs mt
3 Daan Soete à 20 secondes
4 Clément Russo à 37 secondes.

Clément est maintenant en seconde position de la Coupe du Monde Espoirs:

1. Eli Iserbyt (BEL, Belgique) 110 pt
2. Clément Russo (FRA, France) 85 pt
3. Daan Hoeyberghs (BEL, Belgique) 78 pt

12291235_10206342252567722_5196877136318399066_o

Les jeunes à l’honneur

Victoire d’Ugo Clareton en juniors samedi au Chambon Feugerolles mais aussi Tristan Montchamp en juniors et Julien Flachon en cadets dimanche à Savigneux, ont brillamment remporté sous les couleurs de l’ECSEL, ces courses qui se sont disputées dans de véritables conditions hivernales. Une grande satisfaction pour tous les dirigeants, entraîneurs et bénévoles de l’ECSEL

Retour a la compétition en Espoirs et victoire de Charline MEZANGE au Chambon Feugerolles.

20151121_165101

0Z4A18360Z4A1874

Beau tir groupé de nos Minimes à Savigneux:

0Z4A1835

 

Galerie photos Savigneux:

https://photos.google.com/album/AF1QipOiaMlV9l6pLNW2CZqPHSfcOj6bfATndrt3tkeS

Premier regroupement de la DN:

Samedi, le groupe DN avait rendez-vous au siège du club pour un premier regroupement. Un premier rendez-vous qui se veut avant tout convivial de façon à faciliter l’intégration des nouveaux. L’occasion de finaliser les dossiers administratifs. Match de foot, de rugby, PPG et moment de détente étaient également au programme. Mais un des grands moments de la journée aura été samedi matin lorsque les coureurs élites ont croisé les jeunes pousses de l’école de vélo qui prenaient le chemin de l’entraînement. La parfaite illustration de la politique de l’Ecsel qui œuvre à tous les niveaux de la pyramide du cyclisme traditionnel.

Pour ce rendez-vous aux côtés des Nicolas Moulard, Maxime Larue et Cyril Dessel, on retrouvait les nouveaux, Martial Roman, Guillaume Rousset et Damien Charreyron autour des anciens du club Xavier et Mickaël Brun, Guillaume Bonnet, Romain Faussurier, Bastien Lhomme, Bastien Ruffinengo, Cédric Pla et quelques autres. Seul manquait à l’appel Clément Russo, présent à Quelneuc, pour la seconde manche de la coupe de France de cyclo-cross. Un premier rassemblement qui sera suivi d’un autre programmé le 12 décembre où les choses sérieuses débuteront.

Album photos: https://plus.google.com/photos/116088388675509924136/albums/6217084910493070785?banner=pwa

Nos nouveau coureurs DN: Damien Charreyron – Martial Roman – Guillaume Rousset

0Z4A1777 0Z4A1772 0Z4A1783 IMG_20151114_155434110

Coupe de Fr de Cyclo Cross Quelneuc.

Clément montre le maillot:

Clément Russo vient de hisser sur la plus haute marche des podiums de cyclo-cross deux fois de suite avec ses succès, tout d’abord le 11 novembre à l’occasion de la montée de l’Olympe du côté de Charleville Mézières et ce dimanche sur la deuxième manche de coupe de France espoirs qui s’est disputée à Quelneuc.

Un succès qui le rapproche un peu plus de la victoire finale de cette coupe de France 2015 après son succès inaugural à Albi et avant la dernière manche qui aura lieu le 30 décembre à Flamanville.

En attendant, Clément nous livre ses impressions : «  J’étais bien physiquement sur ce circuit et j’ai trouvé en Clément Koretzky un sérieux adversaire. J’ai eu du mal à le distancer. J’ai accéléré dans une partie technique et j’ai réussi à faire la différence. Maintenant je me projette sur la prochaine manche de coupe du monde qui aura lieu dimanche à Coxyde en Belgique dans le sable. Un circuit où je n’ai jamais couru et je risque de beaucoup courir. Ça sera une découverte pour moi. Ca ne sera pas facile face aux Belges. Là où je vise habituellement un top 5, là je risque de surtout penser au Top 10 ».

Russo Photo C OLIVIA NIETO

L’ECSEL était également représenté à Quelneuc par les juniors Tristan Montchamp, 20e, auteur d’une belle remontée après être parti en 75e position, et Ugo Clareton 23e, après avoir occupé longtemps la 10e place, mais aussi par Andy Montchamp, 114e chez les cadets, après deux chutes. Des performances appréciées par Matthieu Rivory qui encadrait tout ce petit monde.

0Z4A12410Z4A1246

Assemblée générale de l’ECSEL

S’il fut beaucoup évoqué la saison 2015, il fut aussi beaucoup question d’avenir lors de l’assemblée générale du club qui s’est déroulée ce vendredi dans les locaux du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) à Saint-Etienne.

Dans ses propos de bienvenue et après avoir remercié toutes les personnalités, partenaires, amis, bénévoles et coureurs présents, le président Gilles Mas qualifiait l’exercice 2015 « de saison très active ». Avec ses 174 licenciés (-9 par rapport à 2014), l’Ecsel peut s’appuyer aussi sur un réservoir de 154 bénévoles et 102 signaleurs pour mener à bien toutes ses activités. Et comme l’on retrouve l’ECSEL à tous les niveaux de la pyramide d’âge du cyclisme, soit de l’école de vélo aux élites, une particularité probablement unique en France, il ne faut pas s’étonner que 83 coureurs aient moins de 18 ans, ce qui peut donner quelques garanties pour l’avenir.

DSC_0007

 

Des finances saines

C’est ce qui ressort du rapport financier présenté par Philippe Besson. pour la période du 1er novembre 2014 au 31 octobre 2015, : « On enregistre un léger déficit d’un peu plus de 3 000 euros. Rien de catastrophique pour un budget qui se décompose en trois grands postes avec la formation et les organisations, le fonctionnement général du club et la DN1. Avec 58% du budget pour ce dernier poste, l’ECSEL présente certainement l’un des plus petits budgets de DN1. Mais les préoccupations vont plus vers l’origine de ce budget composé à 65% de subventions municipales, du département et de la région. En effet, dans un contexte où ces structures annoncent des baisses de dotations, on peut logiquement s’inquiéter, ce qui nous amène à renforcer notre financement privé ». Un challenge supplémentaire.

DSC_0033

Organisations : un grand merci aux bénévoles

Denis Villemagne en charge des organisations est revenu sur celles de 2015 qui ont eu un vecteur commun : la pluie. Cyclo-cross de Méons, présentation des équipes, Grand prix de Saint-Etienne Loire, d’attente, TNJP, GP de Sorbiers, Trophée piste Roger Rivière, Montée Kivilev et la bourse aux vélos ont rassemblé quelques 1 882 participants. «  Tout ceci n’aurait pu être possible sans le travail des 154 bénévoles et des 102 signaleurs qui ont affronté la pluie, le froid, le vent, sans rechigner. L’ECSEL a aussi apporté son soutien logistique lors de la Vélocio, de l’Aspasienne, auprès de l’OMSS sur le trail urbain et de la montée des Soleils d’automne, sans oublier d’assurer la coordination du Probikeshop Road Challenge ».

«  Pour 2016, Méons aura lieu le 19/12, le GP de Saint-Etienne et la course d’attente le samedi 26 mars, le TNJP le 23 avril, Vélocio le 5 juin, Sorbiers le 18 juin, le Trophée Roger Rivière le 10 septembre, la Kivilev le 1er octobre à confirmer, sans oublier une nouveauté avec un prix de Saint-Héand pour les minimes et cadets en juin. L’Aspasienne est programmée pour sa part le 18 septembre ».

DSC_0017

La formation

Patrick Billet présentait ensuite le long chapitre de la formation.

«  Avec 83 coureurs de moins de 18 ans, l’école de cyclisme se porte bien. A l’école de cyclisme on vient avant tout pour se faire plaisir et s’amuser. C’est à partir de la catégorie juniors que ça devient sérieux. Et pour s’amuser, le club s’appuie sur ses nombreux éducateurs bénévoles qui œuvrent essentiellement le samedi matin et qui cumulent quelques 2 000 heures d’encadrement. Pour les aider dans leurs actions, nous avons mis en place des formations d’éducateur et 16 ont été diplômés ces deux dernières années. Un travail de formation a tous les niveaux qui permettent d’obtenir d’excellents résultats. En conclusion, je dirai que l’école de vélo de l’ECSEL se porte bien et qu’on travaille pourqu’elle soit encore meilleure en 2016 ».

DSC_0026

Cyclisme en salle

Avec le cycle balle et le cycle artistique, l’ECSEL présentent deux disciplines spectaculaires. Si Norbert Lacroix regrette une légère baisse des effectifs il apprécie de pouvoir présenter des équipes cadets, juniors et seniors que ce soit dans les épreuves régionales et même nationales. « Nous allons organiser une manche de coupe Rhône-Alpes Auvergne. Sinon les entraînements ont lieu au gymnase de la Pérotière le jeudi soir et à celui de Pont Salomon ».

DSC_0035

DN1 : une année difficile

« On est passé du binôme Maxime Larue – Nicolas Moulard, à un trinôme avec l’apport de Cyril Dessel », débutait Maxime Moulard pour parler de la saison 2015 de la DN1 de l’Ecsel. « Cela a permis de remettre à plat certaines choses et créer une nouvelle dynamique. Il y a eu de grandes satisfactions même si ce fut difficile en fin de saison avec l’issue de la coupe de France et de nombreux blessés ».

Pour sa part Maxime Larue revenait sur la DN : «  Nous disposions de13 coureurs de première catégorie. La DN c’est une petite famille avec certes les coureurs mais aussi à leurs côtés une bande d’assistants fidèles. On enregistre plus de 90 jours de courses articulés autour de la coupe de France et ce en plus des stages de début de saison. Nous avons décroché 10 victoires sur route par 6 coureurs différents, ce qui est important. Je souhaite bon vent à Waile Kahkahy qui rejoint Martigues, Aksel Nommela l’équipe continentale pro Léopard Development et Adrien Bonnefoy qui arrête ».

Cyril Dessel enchaînait pour lancer 2016 : «  L’objectif était de renforcer l’équipe pour essayer de viser un top 10. On conserve la base de l’équipe 2015 avec des jeunes qui doivent s’aguerrir pour obtenir des résultats. A ce groupe 2015, viennent s’ajouter, Damien Charreyron, Martial Roman, Guillaume Rousset et le spécialiste de cyclo-cross, Clément Russo. On a créé aussi une cellule espoirs pour permettre à ceux qui quittent les rangs juniors de continuer leur progression jusqu’à intégrer à terme la DN. Ceci pour éviter d’être obligé d’aller chercher des coureurs à l’extérieur ».

DSC_0040 DSC_0036 DSC_0042

Projet associatif 2015 – 2018

Présenté lors de la dernière assemblée générale, Philippe Besson a dressé l’avancée en 2015 sur les sept orientations que compte ce projet. «  De nombreux points ont avancés ou se sont même concrétisés en 2015 comme mieux cibler les licenciés pour mieux les accompagner. Une quinzaine d’éducateurs ont été formés pour encadrer nos jeunes. L’Ecsel pratique l’élitisme avec une ambition différente et dans ce cadre nous avons bénéficié de l’apport d’un conseiller technique avec Cyril Dessel. Nous ambitionnons le maintien en DN1 et nous avons créé une équipe espoirs que nous voulons performante. Capitaliser notre expérience en matière d’organisations, consolider la gouvernance du club, étendre la notoriété du club sont des points qui ont évolué favorablement. Pour développer un réseau partenarial plus interactif et diversifié pour mieux sécuriser le budget du club, une équipe à été constituée autour du président Gilles Mas »

La chartre éthique

Cette chartre est remise à chaque nouveau licencié. Une chartre qui stipule : «  Quand on ouvre la porte de l’ECSEL, on y rentre pour être initié et formé à la pratique du cyclisme de compétition. C’est en vue de déceler les qualités individuelles de chacun en les conduisant vers l’excellence à partir d’une pratique saine et qui soit aussi respectueuse des autres coureurs. A l’ECSEL, c’est aussi développer l’esprit d’équipe au service de la progression individuelle. Mais c’est aussi permettre à chaque licencié de prendre du plaisir. L’ECSEL, c’est permettre à chaque licencié et ses proches d’être un acteur engagé dans la vie du club. C’est aussi pouvoir créer des liens dans un cadre familial et amical. L’ECSEL c’est tout ça »

Gilles Mas invitait tous les participants à se retrouver autour du verre de l’amitié.

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén