Équipe de Nationale 1 & École de Cyclisme excellence labellisée FFC

Mois : avril 2021

Grand Prix StEtienne Loire: LE FILM

Le Grand Prix StEtienne Loire sous la camera de P Brun et avec les commentaires de L Couillez.

A la rencontre de … Paul-Victor ESTEVES

Pour terminer notre série sur la présentation des nouveaux coureurs de l’équipe N1, nous nous sommes entretenu avec Paul-Victor Esteves, une recrue d’expérience pour le Team. Après 2 ans à Charvieux-Chavagneux Isère Cyclisme, il est motivé dans l’idée de réaliser une belle saison 2021.

Bonjour Paul-Victor, peux-tu nous évoquer ton parcours sportif ?

Tout d’abord, bonjour à tous. J’ai commencé le vélo en 2005 à l’âge de 13 ans sans être dans un club, juste pour le plaisir de découvrir ce sport. En 2006, j’ai débuté ma première saison (minime 2) dans mon club local du Vélo Club Dolois où j’ai enchaîné les saisons sans prise de tête jusqu’en 2012 (espoir 2).
Par la suite j’ai passé mes deux premières saison Elite (2013-2014) au sein de l’Amicale Cycliste Bisontine, malheureusement sans grande réussite à cause d’une facture sous le pied rapidement contractée et mal soignée. Suite à ça, je me suis éloigné des pelotons et du sport en général pendant une année, ce qui m’a permis de régénérer ma motivation et de réduire les douleurs induites par la fracture. J’ai ensuite repris le sport avec la course à pied et petit à petit le vélo.
En 2018, j’ai repris une licence 3ème catégorie au Vélo Club Dolois par plaisir et sans réel ambition dévolution. Pris par le jeu de la compétition, je suis monté de nouveau en première catégorie la saison suivante où j’ai rejoint Charvieu-Chavagneux Isère Cyclisme qui a su me faire confiance pour deux saisons (2019-2020). Et donc je rejoins l’ECSEL pour 2021, pour espérons-le, une saison pleine !

Paul-Victor ESTEVES sous les maillots de l'ECSEL au Bédat
Paul-Victor ESTEVES au Bédat

Quel a été ton plus beau souvenir sur un vélo ?

Je n’oublierai jamais mon séjour en Martinique (2019) avec une équipe Auvergne Rhône-Alpes où l’on a su associer bons résultats et bons moments de camaraderie dans un décor de carte postal. Cela a résumé tout ce que j’aime dans la pratique du vélo.
Je vais ajouter un autre souvenir inoubliable hors compétition, une sortie de 330km post premier confinement avec mon entraineur de toujours, Samuel Bellenoue. C’est une chose qui est inenvisageable en période de compétition habituelle.

Qu’as-tu fais pendant la période hivernale ?

Cet hiver, j’ai décidé de rester chez moi à Dole dans le Jura pour préparer cette saison 2021. Habituellement, je m’offre deux stages personnels à Faro au Portugal afin de profiter des conditions climatiques bien plus supportable que dans le Jura, mais cette année, au vu de la situation sanitaire encore compliqué, j’ai voulu rester au plus près de ma famille.
En terme d’activité sportive, je combine vélo, course à pied, PPG et ski de fond. Cette variation de sport me permet de faire passer l’hiver rapidement.

Pourquoi avoir fait le choix de rejoindre notre structure ?

Après deux saisons au CCIC, j’avais besoin d’un nouveau challenge et d’une structure avec un fonctionnement professionnel associé à un esprit familial afin de pouvoir passer une bonne année sportive et humaine. Après plusieurs discussions avec Maxime Larue, j’ai compris que l’ECSEL serait parfaitement adapté à ma recherche.
Enfin, j’ai un très bon ami au sein de la structure en la personne de Jacques Lebreton. Cela à été une motivation supplémentaire à rejoindre l’équipe.

Quels vont être tes objectifs pour cette nouvelle année ?

Pour cette nouvelle saison, j’espère pouvoir engranger une régularité dans mes résultats et surtout une victoire sur une belle course.
L’esprit collectif sera aussi très important, cela apportera des résultats à tous les coureurs et l’ambiance ne pourra être que meilleure.

Nous te souhaitons la bienvenue au sein de la famille ECSEL !

Paul-Victor ESTEVES en pleine préparation avant le début du Circuit de la Vallée du Bédat
Paul-Victor ESTEVES ECSEL Avant Course

A la rencontre de … Corentin LESAGE

On poursuit notre petite série avec l’interview de Corentin Lesage qui nous vient de l’équipe N1 Bourg en Bresse Ain Cyclisme. Après deux belles saisons en Juniors, il a vécu deux années plus compliquées pour ses deux premières années Espoir. Nous nous sommes entretenus avec lui.

Bonjour Corentin, peux-tu nous raconter ton parcours cycliste ?

Bonjour ! Après avoir été jaloux de ma sœur et de mon père qui faisaient du vélo j’ai commencé le vélo sans compétition avec eux pour le plaisir en 2010. J’ai vraiment pris du plaisir tout de suite et avait envie de me confronter aux autres, j’ai donc pris une licence en 2013 au Vélo Club Annemasse jusqu’en junior. J’ai ensuite effectué deux année à Bourg en Bresse et me voilà à l’ECSEL.

Quel est ton plus beau moment passé sur le vélo ?

Je pense que c’était lors d’une fédérale junior, la flèche ardéchoise en 2018, où j’ai pu lever les bras en même temps que mon coéquipier et ami Valentin Paret-Peintre. La course était vraiment relevée et on a réussi à faire un doublé. Une victoire que j’avais réussi à obtenir l’année d’avant. Elle avait donc un goût particulier.

Etant originaire et résident d’Annemasse, pourquoi avoir fait le choix de rejoindre l’ECSEL ?

J’ai passé 2 ans au BAC01 et je pense avoir besoin de voir autre chose. L’ECSEL axe beaucoup sur la performance et c’est une équipe familiale, l’un n’empêche pas l’autre et c’est cela que je viens chercher ici. De plus je connais déjà quelques coureurs et m’entend très bien avec eux.

Que penses-tu du groupe en 2021 après ces premiers mois de courses ?

Je me sens comme chez moi, je suis arrivé cette année et pourtant c’est comme si j’y étais depuis longtemps, je sens qu’il y a une vraie dynamique positive.

Par rapport au contre la montre par équipe, tu as décidé de t’impliquer dans le projet, comment cela se passe pour toi ?

Ca se passe aussi très bien car on s’entraîne régulièrement ensemble et c’est primordial. J’aime cette discipline et je veux donner le meilleur de moi même pour le bien de l’équipe et pousser Saint Étienne à s’améliorer dans l’exercice

Avec quelles ambitions as-tu rejoint le club ?

Je voudrais pouvoir me relancer et pouvoir jouer la gagne sur les courses ainsi que participer à la réussite de l’ECSEL collectivement.

Bienvenue à l’ECSEL !

Mathis – Championnat & Trophée AURA contre la montre par équipes.

Championnat AURA de contre la montre par équipes : Juniors

Premier dossard pour notre équipe Juniors et ils ont eu à cœur de pédaler pour Mathis. Celui-ci reste toujours hospitalisé au CHU de Saint Etienne. Il est sorti du coma et il montre aujourd’hui des progrès.

Quentin Thollet, Achille Davoine, Charly Merle et Tom Chatelon, tous sont Junior 1ère année et découvraient la discipline. Nous sommes allés sur ce CLM avec beaucoup d’envie et en ayant en tête qu’il s’agissait d’abord d’une expérience pour l’avenir. Deux coureurs sont sortis du lot en passant des relais plus longs et plus appuyés. Cela n’a pas joué en notre faveur et cela nous a fait perdre du temps par rapport à des équipes plus expérimentées. Finalement, l’équipe réalise le 12ème temps avec un plus de 42km/h de moyenne. Les coureurs ont bien joué le jeu et lors du débriefing tous étaient convaincus d’être allé au bout de l’effort.

C’est bien avec cet état d’esprit que leur Directeur Sportif Ugo Clareton voulait qu’ils terminent l’épreuve. L’année prochaine on viendra forcément pour faire un gros résultat, notamment avec l’arrivée des cadets 2 qui passeront junior et qui viendront renforcer cet effectif. A cet âge, l’objectif est de préparer ces jeunes au haut niveau en leur inculquant les notions de dépassement de soi et d’esprit d’équipe. C’est ce que les différents éducateurs des minimes, cadets et juniors s’attachent à faire, et les compétitions officielles comme celles-ci sont l’occasion de mettre à l’épreuve leur état d’esprit collectif dans une logique de formation.

ECSEL Juniors

Trophée régional AURA de contre la montre par équipes : Elites

La démarche du contre-la-montre par équipes a été réfléchie et construite depuis la saison dernière (bike fitting, vélos de contre-la-montre, casques, etc.). Le travail sur la position a été poursuivi ces dernières semaines avec les coureurs dans le but de les aider à améliorer leur aérodynamisme. Nous avons réalisé cette année 4 entraînements collectifs spécifiques et le chrono AURA s’intégrait parfaitement dans la préparation à la Coupe de France de CLM par équipes.

Sur ce chrono, l’objectif premier était d’être techniquement très bon et d’avoir le physique en second plan. L’équipe est partie prudemment et a terminé plus fort, mais elle a été un peu trop sur la réserve et nous avons réalisé une performance honnête, 5ème dans une course très relevée, mais l’objectif était bien la manière.

Dans ce chrono, nous avons fait le choix de privilégier des coureurs qui avaient de l’envie et surtout qui aimaient la pratique du CLM. Nous avons intégré un coureur très jeune qui est dans sa première année espoir, Alexis DELZANGLE, et, à l’inverse, un coureur plus âgé avec Damien PONCET, spécialiste de la gestion de cet effort particulier. Louis RICHARD spécialiste du CLM avec plusieurs Chp de France de la discipline à son actif les accompagnaient ainsi que nos 2 coureurs « Made in ECSEL » (issus de notre école de cyclisme) : Luc DURY et Thibaut GAGNAIRE. Ce choix s’inscrit parfaitement dans la démarche de poursuite de leur formation entamé à l’école de cyclisme.

C’est ça le Made in ECSEL, Made in St Étienne avec la continuité de la formation.

ECSEL

A la rencontre de… Denas MASIULIS

Nous continuons cette série avec la rencontre de Denas Masiulis, jeune espoir du cyclisme Lithuanien. Grâce à ses qualités de pistard, Denas est un très bon rouleur. Découvrez l’interview de présentation de notre nouvel élément.

Bonjour Denas, peux-tu nous parler de ton parcours sportif ?

Ma carrière de cycliste a débuté à l’âge de 10 ans. J’ai remarqué que je pouvais rouler plus vite que n’importe lequel de mes amis. J’ai donc demandé à mes parents s’il existait une sorte de sport avec des vélos et ils m’ont emmené à l’entraîneur local où tout a commencé. Les cinq premières années ont été très difficiles, mais ensuite j’ai commencé à faire des résultats, en remportant des courses locales pour les moins de 17 ans et en participant au Festival olympique de la jeunesse européenne en 2015 à Tbilissi, en Géorgie. J’ai remporté plusieurs titres nationaux sur route et sur piste. En junior, j’ai gagné une étape dans une course UCI (2.1), et la 3e place au Général, c’était une grande réussite pour moi. En première année espoir, j’ai été blessé et j’ai manqué presque toute la saison, il était difficile de revenir l’année suivante, et 2020 a été presque « annulé » à cause de la pandémie, avec presque aucune course.

Comment as-tu été en contact avec le club et pourquoi avoir fait le choix de la France ?

Grâce au relation historique entre l’ECSEL, l’Estonie et la Lituanie, j’ai eu la chance de pouvoir nouer des contacts facilement avec Maxime LARUE. Je lui en suis vraiment reconnaissant de m’avoir donné cette opportunité.
Pourquoi la France ? Parce que pour moi, c’est le pays du cyclisme et c’est là où il faut courir.

Denas MASIULIS

Comment se passe ta préparation hivernale ?

La préparation hivernale se passe bien, je travaille sur mes points faibles et je me prépare pour la saison. J’aime faire du VTT dans la neige, puis faire des exercices de PPG à domicile.
Malheureusement, avec la météo difficile, il m’a été difficile de sortir le vélo, j’ai donc fait une bonne partie de l’hiver sur le home-trainer avant de rejoindre l’équipe pour le stage en Espagne.
Ensuite, j’ai passé un mois en Espagne avec l’équipe nationale lituanienne encadré par l’ancien cycliste professionnel Gediminas BAGDONAS.

Peux-tu nous décrire ton plat lithuanien préféré ?

Mon plat lituanien préféré est le žemaičių blynai – c’est comme des crêpes avec de la viande à l’intérieur.

Quels vont être tes ambitions pour la saison 2021 ?

Mon ambition pour 2021 est de m’améliorer autant que possible, de rouler du mieux que je peux, et bien sûr mon rêve est de devenir un jour un cycliste professionnel.

Nous te souhaitons la bienvenue à Saint-Etienne !

Denas MASIULIS

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén