Équipe de Nationale 1 & École de Cyclisme excellence labellisée FFC

Catégorie : Team Probikeshop Page 1 of 7

Ugo CLARETON, l’amoureux de Méons

S’il n’y avait qu’une seule belle histoire à raconter sur le cyclocross de Méons, ce serait sans aucun doute celle d’Ugo CLARETON. Peu sont ceux qui peuvent se vanter d’avoir couru autant de fois le mythique cyclocross stéphanois. Depuis l’école de vélo jusqu’à la catégorie senior, des plus petites catégories jusqu’à l’intégration dans l’équipe DN1, le pur produit du club a connu pas moins de 11 éditions : « Cette année je participerais pour la 11ème fois au cyclo-cross de Méons. Ma première participation remonte en 2005, à l’âge de 7 ans, j’étais alors en poussins 2. Je n’ai loupé que deux éditions, (en minime 1 et cadet 1) à cause de blessures. J’ai remporté 4 fois l’épreuve notamment et terminé plusieurs fois sur le podium ».

Des podiums, il en a de nombreux à son compteur : « J’ai pas mal de bons souvenirs sur ce cyclo-cross. Naturellement les premiers bons moments qui me viennent à l’esprit sont les différentes victoires que j’ai pu obtenir. Toutes ont une histoire. Je l’ai remporté chez les poussins dès ma première participation, mais aussi deux ans plus tard. Plus tard j’ai également franchis la ligne d’arrivée main dans la main avec Tristan Montchamp qui est un aussi « enfant du pays » puisqu’il est originaire de St Christo. Cette image me reste en tête car il faut savoir qu’à l’époque, même si nous avions une bonne entente, nous vivions une vraie rivalité sur les courses. Et le fait que nous portions le même maillot ne changeais pas grand chose, à cet âge là, encore plus en cyclo-cross il n’y a pas de course d’équipe. Mais ce jour là, où nous jouions à domicile, je crois qu’on avait fait quelque chose de beau. L’image était belle de voir deux jeunes coureurs de l’ECSEL terminer ensemble sur le cyclo-cross de Méons en vainqueurs. Aujourd’hui encore on m’en reparle ».

Outre les victoires, c’est aussi l’ambiance qui lui tient à cœur : « Performance à part, j’ai souvenir, dans mes jeunes années, que certains coureurs de l’ECSEL se déguisaient en père Noël durant la course et, musette autour du cou, distribuaient des papillotes aux spectateurs tout au long de la course (si cela peut donner des idées à certain pour cette année !). Cela correspond, je trouve, tout à fait à l’image du club : familiale, mais aussi ambitieux et axé sur la performance. Car au même moment, des coureurs comme Guillaume PERROT ou Thibault TABOURY jouaient la victoire ».

Les valeurs du club, justement, sont mises en lumière durant cette longue journée d’hiver où toutes les catégories, de l’école de vélo aux élites, se retrouvent pour affronter les allées du Parc des Sports. C’est aussi la fierté de l’EC Saint-Etienne, de pouvoir tirer le meilleur de ses compétiteurs dans les plus hautes catégories parce que ces derniers ont été formé dans ses rangs grâce au travail de tous ces éducateurs et des bénévoles investis.

Après tant de participation, il y a forcément de la lassitude ? Pas pour Ugo, qui est toujours aussi motivé : « Méons a toujours représenté une course importante à mes yeux. Je suis licencié depuis 2005 au club, il s’agit d’une organisation du club,  où le niveau est relevé et le fait de courir à domicile provoque forcement un petit supplément de « pression » lorsqu’on joue les première place. Cette victoire a de la valeur. Pour faire un parallèle sur la route, c’est exactement la même chose que si un coureur de l’ECSEL remporte le GPSE. Un coureur d’un autre club sera heureux de gagner ce cross, mais pour le coureur local, cela aura une saveur toute particulière. Encore une fois, ce qui fait cela c’est que ce cross est reconnu, chaque années un gros plateau de coureurs est présent sur la ligne de départ, et ce même chez les jeunes. Pour coroner l’état de motivation, je suis aussi coureur du Pôle, et tout le monde sait que Méons est « le championnat du Monde du pôle » puisque c’est aussi notre terrain d’entrainement ».

Longtemps spécialiste du cyclocross, Ugo a écumé les cyclocross locaux et nationaux mais garde toujours son cyclocross stéphanois comme référence : « le circuit exploite, je trouve, au mieux le parc des sports de Méons et est très intéressant. Le fait que l’arrivée se fasse sur le vélodrome donne un cachet supplémentaire à l’organisation. Quelque chose de différent, d’atypique même, qu’on ne retrouve qu’à Méons ». Outre le parcours, c’est aussi l’ambiance typique qui fait le charme de ce tracé « C’est assurément l’un des cyclo-cross où il y le plus de public. Parole de crossman. Et puis il n’y a qu’à voir le nombre de participants et le plateau au départ des différentes catégories pour comprendre que cette épreuve est considérée de manière positive, le fait que certains coureurs professionnels ou pensionnaires de l’équipe de France prennent le départ contribue à faire de ce cyclo-cross une vraie belle organisation, pas uniquement pour les stéphanois et les membres du Pôle ».

 

Après toutes ces histoires, que reste-t-il à découvrir pour les années à venir ? Les ambitions du jeune formé à l’ECSEL sont simples : « Ce serait de pouvoir y participer encore longtemps, le plus longtemps possible. Chaque année en tout cas c’est LE cyclo-cross que je coche dans mon calendrier afin de le disputer. Je viens pour me donner à bloc, faire honneur aux couleurs du club et terminer en ayant tout donné ».

 

Succès total pour l’ECSEL sur le championnat régional

 

Le succès de Sandy DUJARDIN chez les élites a couronné de succès le club de Saint-Etienne, seul club à avoir aligné des coureurs dans toutes les catégories, des écoles de vélo jusqu’au seniors.

Belles participations des écoles de vélo

Samedi, veille des épreuves majeures, ce sont les jeunes qui étaient conviés à se confronter à l’exigent circuit. Patrick BILLET, responsable de la formation des jeunes cyclistes de l’ECSEL fait le bilan : « Le circuit était vraiment très difficile ! Du gros dévers en montée, en descente et des raidards ici et là ! Les jeunes se sont bien comportés en général. Plusieurs bonnes performances sont à noter puisque Mélie a sortie une très belle 4eme place en minimes filles. En Benjamin, Quentin FORISSIER a fait une jolie course dans les 6 premiers. Bref, une belle expérience sur un circuit régional corsé et fréquenté pour tout nos poulains de l’école de cyclisme ».

Cadets et juniors présents

Des cadets aux juniors, nombreux sont ceux qui ont fait le déplacement le dimanche matin. Eliot PONCHON termine 11e en cadet et Andy MONTCHAMP idem chez les juniors. L’ECSEL était l’un des clubs les plus représenté des épreuves du dimanche.

Les espoirs et les seniors en préparation

Plusieurs coureurs de l’équipe DN1 et de la réserve ont été présents au départ pour peaufiner leur préparation, seul Sandy étant un véritable spécialiste. Ce fut aussi l’occasion de voir les recrues sous leurs nouvelles couleurs, comme Maxime JARNET, Florian DUMOURIER ou Arnaud BOUDRAS qui honorait leurs nouvelles tuniques. Si les performances n’étaient pas toutes satisfaisantes, nul doute que tous ont eu l’occasion de travailler leur condition physique, à un mois du premier stage hivernal sur route.

Si le succès de Sandy DUJARDIN « chez les grands » a monopolisé le bilan général de ce championnat régional 2017, c’est tout le club de l’ECSEL qui sort grand vainqueur de ce beau weekend de cyclisme.

L’album photo de la journée est à retrouver ici (cliquez sur le lien).

Sandy DUJARDIN Masterclass !

Des conditions dantesques, une bonne odeur de frites et des karchers qui tournent à pleins régimes… C’est bien dans une ambiance typique de cyclocross que Sandy DUJARDIN est venu s’imposer en élite à Moidieu-Détourbe. Sa victoire s’est dessinée au fil des tours, devers après devers, dans un suspens haletant qui a ravi les nombreux courageux qui bravaient le froid.

Il ne fallu attendre que quelques mètres pour voir se dessiner le podium du jour : Alois FALENTA (Villefranche-Beaujolais) Eddy FINE (Charvieux-Chavagneux) et notre stéphanois surclassé chez les élites pour l’occasion, Sandy DUJARDIN. Longtemps au coude à coude, le trio ne laissait aucun doute sur leur supériorité, ne restait à déterminer que l’ordre dans lequel chacun passerait la ligne pour le classement final.

Le chouchou du public, le coureur local du CCIC, Eddy FINE, s’accrochait durant une grosse moitié de course mais fini par céder le premier. La bataille entre Sandy et Alois fut indécise et acharnée même si le 8e du championnat du monde semblait plus fort techniquement et physiquement que son adversaire à plusieurs reprise.

Cependant, un titre régional nécessite de devoir lutter contre la combativité de FALENTA qui fut nettement plus à l’aise dans les parties courues à pied. Sandy entamait le dernier tour avec quelques mètres de retard mais fit jouer sa supériorité physique dans le final pour savourer une victoire portée par le soutien des seins !

Porté par le soutien des siens… « Porté par le soutien des siens », voilà qui n’est pas peu dire. Outre sa famille venue s’occuper du poste de dépannage, c’est tout un club qui était présent : Maxime LARUE a couru aux 4 coins du circuits pour soutenir son poulain,  Phillipe PRADIER (Photos ICI )était là pour immortalisé l’événement, Matthieu RIVORY lui donnait ses meilleurs conseils techniques,  Maxime JARNET laissait volontiers son vélo à disposition de son nouveau coéquipier (bien utile dans la boue du jour), son équipe est resté sur place puisque Ugo CLARETON, Luc DURY, Julien FLACHON et Romain ROSIER ont donné de la voie pour soutenir leur équipe tandis que Eric MONTCHAMP a mis à disposition du matériel pour laver le vélo à chaque tours. Une victoire aussi collective.

 

 

Objectif cohésion réussi

Samedi matin, lendemain de l’Assemblée Générale, les coureurs de la DN1 et les réservistes ont été conviés au premier regroupement « sportif » de la saison 2018. Les spéculations allaient bon train sur le programme du weekend tenu secret par Maxime LARUE et Xavier CLARETON, parent de coureur et assistant régulier de l’équipe.

Chacun y ait aller de son pronostic jusqu’à découvrir le lieu du weekend : St-Genis-L’Argentière, au cœur des Monts du Lyonnais. La première matinée a donné le ton du weekend, où l’individuel ne pourra pas être dissocier du collectif. Xavier CLARETON, pompier professionnel, a fais découvrir les activités de cordage, de la simple traversée sur corde à l’ascension cordée, dans laquelle toute l’équipe tire pour hisser en haut leurs partenaires… Une belle image de cohésion, non ?

Ensuite, plusieurs défis et sports collectifs sous forme de compétitions ont été  proposé pour solliciter le meilleur de chacun et dans lesquelles anciens et nouveaux ont pu se découvrir des atomes crochus. La difficulté était présente jusqu’au bout, puisque le repas a du être chercher à pied dans le village voisin tandis qu’un autre groupe s’est chargé de préparer de quoi cuisiner, non sans ingéniosité !

 

Le lendemain, c’est le retour sur Saint-Etienne qui fut le cœur du défi : une course d’orientation opposants groupes de 4 coureurs, mais où seuls 3 VTT étaient à disposition de chaque groupe. De quoi éveiller l’esprit d’équipe, de solidarité et d’organisation. Sur le parcours, les stéphanois ont eu une visite surprise de leur ex-coéquipier désormais retraité,  un certain Guillaume PERROT, ancienne référence national du cyclocross. Une autre preuve que le passage à l’ECSEL marque profondément et pour longtemps les coureurs.

Les activités se sont terminés sur un ravitaillement au retour dans les locaux du club. L’ambiance et l’esprit du weekend ne laisse aucun doute sur l’état d’esprit qui se dessine pour cette saison 2018 : vivement les premières courses pour le montrer sur le terrain.

La vidéo du weekend est à retrouver sur la page Facebook de l’équipe (suivre le lien).

Matthieu JEANNES ensoleille le weekend stéphanois

Si les températures et les résultats des crossmen ont été pour le moins maussades, le stéphano-breton Matthieu JEANNES signe un début de Tour du Rwanda absolument époustouflant. Lors de la première étape, il rentre dans le top 20 du jour en évitant les cassures dans le final pour rester dans l’allure des meilleurs au classement général. Mais ce mardi a été une journée pour le moins spéciale pour le 3e du championnat AURA : en fêtant ses 30 printemps, Matthieu a manqué de justesse de s’offrir une magnifique victoire. « Je ne viens pas au Rwanda pour le classement général mais plutôt avec un objectif de victoire d’équipe en tête… Le parcours est difficile, mais moins que les années précédentes, les cols ne sont pas très raides, c’est mieux pour moi » explique le second du jour. Matthieu cherche à continuer sur ce rythme d’enfer et s’attends à avoir plusieurs opportunités dans les jours à venir. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Sandy DUJARDIN et Arthur DAVOINE dans le bourbier de la Mézière


La déception était grande, voir immense pour nos stéphanois qui ont fait le déplacement à La Mézière, dans des conditions exigeantes. Ce fut compliqué pour les cadets. Placés assez loin sur la ligne de départ, ils n’ont pas ou peu amélioré leur position avec au final : Eliote PONCHON 92e, Robin POULARD 133e et Pierre PERRODIN 140e. Notre champion régional sur route Arthur DAVOINE a durement bataillé mais termine 43e n’arrivant pas à atteindre l’objectif fixé du top 30.
Mais la plus lourde désillusion reste à mettre à l’actif de Sandy DUJARDIN. Cité parmi les favoris au départ, les indicateurs de forme étaient pourtant là, la 8e place au championnat d’Europe peut en témoigner. Mais dans la boue, la réussite a manquée malgré tout le soutien du staff présent sur place. La 29e de la manche et la 20e au général est loin d’être une juste récompense du travail fourni depuis le début de la saison.
Sandy reste cependant dans les plans de l’équipe de France et disputera la prochaine manche de Coupe du monde avec l’équipe de France.

De bons résultats régionaux

Si la manche de la Mézière n’a épargné personne, les cyclo-cross locaux ont vu des stéphanois en grande forme. Andy MONTCHAMP s’impose en Junior à Saint-Laurent-Doingt (69), tandis que Julien FLACHON et Francis CAILLAUD font 2 et 3 à Brouilly (69). Sage a été la décision d’éviter le lourd déplacement jusqu’à la manche pour nos juniors.

Page 1 of 7

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén